• Voici aujourd'hui le 9e passage du projet d'écriture organisé en collaboration avec Mademoiselle M du blog Mes petites escapades

    episode9
     
    Le principe reste le même : deux fois par mois, l'une d'entre nous écrit la suite d'une petite histoire que nous inventons au fur et à mesure. A vous de voter à la fin de chaque passage pour décider de la suite ! 

    Episode 1 - Episode 2 - Episode 3 - Episode 4 - Episode 5 - Episode 6 - Episode 7 - Episode 8

    Cette semaine, c'est Mademoiselle M qui a écrit le neuvième passage. Sans plus attendre, bonne lecture, et n'oubliez pas de voter à la fin de cet article !

      

    • Lorsque j’ai appris que nous devions passer nos deux semaines de vacances à Folaincourt j’ai fais des recherches. Tu me connais, Ali, tu sais que j’ai besoins de toujours tout anticiper, c’est dans ma nature, m’expliqua ma grande soeur alors que j’étais assise au bord de son lit d’hopital, mais j’avoue que je trouvais ces vacances étranges. Tu sais que papa passait son temps à nous casser les oreilles avec son rêve de voyager en Croatie ?! C’était l’opportunité. Alors pourquoi passer deux semaines à Folaincourt ?! Il n’a même pas essayer de contredire maman…

    • Où veux-tu en venir ? je l’arrête.

    Elle inspira, expira doucement et son regard se perdit. Pourtant elle reprit la parole.

    • Tu n’as pas remarqué comment maman est étrange depuis que nous sommes arrivées ?

    • Elle est heureuse.

    • Non, elle est nerveuse, répondit Cassie avec exaspération, tu ne vois donc rien Ali ? Il se passe des choses dans ce village. Je...je ne sais pas pourquoi mais j’ai un mauvais pressentiment. Je sais, tu dois me trouver folle, non ?

    Je tatais le drap blanc à la recherche de sa main.

    • Je croyais que je l’étais aussi, répondis-je.

    Son visage s’illumina soudain.

    • Tu as raison...et j’ai l’impression que Maria…

    • Tu veux parler de la nièce de Sam ? Celle qui te ressemble comme deux gouttes deux ?!, s’exclama Cassie en tentant de se redresser, mais cet effort ne fit que lui arracher une grimace.

    Je lui fis signe de baisser la voix.

    • Oui. Mais nous en reparlerons plus tard. J’ai d’abord besoins de savoir ce qu’il t’est arrivé. C’est très important Cassie.

    Son visage devint soudain plus pale.

    • Je ne sais ce qu’il m’est arrivé, Alice, tu dois me croire.

    • Pourquoi es-tu montée en haut de ce clocher ?

    Elle haussa les épaules. Elle commençait vraiment à m’agacer.

    • Tu voudrais me faire croire que tu ne sais rien, c’est ça ? Moi, je crois surtout que tu as peur et que tu ne veux rien me dire !, dis-je en haussant la voix.

    • Je n’ai pas peur.

    • Alors, parle-moi !

    • Ecoute Alice, je suis fatiguée alors je vais aller droit au but. Lorsque je suis sortie de ce bar l’autre jour, j’ai trouvé quelque chose dans ma poche. C’était un bout de papier froissé et….et...

    • Et ?, insistais-je.

    • Il y avait quelque chose d’inscrit dessus. Une adresse pour être plus précise.

    • Laisse-moi deviner. Le clocher.

    Elle hocha la tête.

    • Cassie, tu es censée être la plus intelligente de nous deux. Comment peux-tu faire quelque chose d’aussi stupide ?! Tu ne sais même pas qui a écris ce message, ni qui l’a mis dans ta poche. Et de toute évidence c’était un piège.

    • Je sais, Alice, et je regrette tellement.

    • Donc tu as vu qui t’as poussé ?

    • J’ai cru apercevoir...

    Je posai ma main sur la bouche de ma soeur et lui fi signe de se taire.

    • Qu’est-ce qui te prend ?!, demanda-t-elle étonné en se dégageant.

    • Je...je ne sais pas. J’ai eu comme un frisson. Un mauvais pressentiment.

    Je me levais sans bruit et observai la porte de la chambre de Cassie.

    • Alice, qu’est-ce que tu fais ?

    Je lui fis signe de se taire. J’approchai ma main de la poignée et l’ouvrit d’un coup. Un cri s’échappa de ma gorge. Là, bien droite, se tenait une grande femme en tenue d’infirmière, les cheveux coiffé en un chignon strict, la peau verdatre et les rides pendantes qui n’arrangeaient pas l’air sadique que lui offrait la teinte de ses yeux noirs charbons.

    • C’est l’heure de la piqûre, récita-t-elle en me fixant.

    Un plateau métallique dans la main, elle posa un pied dans la chambre.

    • Les visites ne sont plus permises, dit-elle d’une voix sèche à mon encontre.

    Encore tremblante, j’enfilai ma veste.

    • Je ferais bien d’y aller alors, dis-je à l’intention de Cassie en ne pouvant détacher mes yeux de la seringue entre les mains de cette monstrueuse infirmière, je reviendrais te voir Cassie.

    En sortant dans le couloir, je passais une main sur mon front brûlant. Pourquoi cette infirmière écoutait-elle à notre porte ? A ce moment précis, je me sentais tout, sauf en sécurité. Il fallait que je quitte cet endroit. Pourtant, je n’étais pas rassuré de savoir Cassie, ici, toute seule.

    Cette fois-ci, je ne pris pas l’ascenseur mais les escaliers. Arrivée, à l’accueil, je sortis mon portable de ma poche. Et tapais à la vitesse de l’éclair un message pour Oncle Sam.

    Vu Cassie. Suis fatiguée, viens me chercher.

    Le message aussitôt envoyé, je me laissai glisser le long d’un mur et m’asseyais sur le carrelage froid. C’est alors que je repensais à ma discussion avec Cassie. ça ne ressemblait pourtant pas à ma soeur d’être aussi imprudente. Pour faire passer le temps, je sorti le journal de Maria que j’étais retourné chercher avant me rendre à l'hôpital. Je me félicitais de l’avoir fait. Alors, je l’ouvris et tout en caressant la reliure abîmé du petit journal, je me replongeais dans les pensées de Maria.

     

    1 Mai 1985

    Je n’arrive plus à dormir. Père est de plus en plus violent. Sam ne tente même plus de l’arrêter. Et dans une semaine je fêterais mon anniversaire.

    Ma vie me glisse entre les doigts petit à petit, je ne contrôle plus rien. Ma vie est un assemblage d’évènements insensés et je ne sais plus quoi faire. J’ai tellement besoins d’aide. De leur aide. Eux, ceux qui me détestent et évite de partager le même trottoir que le mien. Ils ne comprennent pas. Je ne suis pas méchante. Je ne suis pas un monstre. Je suis juste un petit peu différente. Mais j’ai besoin d’aide…

     

    3 Mai 1985

    Romain est le seul en qui je peux avoir confiance. Il me comprend. Il ne me prend pas pour une folle. Je me souviens de notre première rencontre. Je jouais avec les chiens de chasse de mon père dans les Marais. Les chiens étaient complètement fou ce jour-là et ils s’amusaient à me sauter dessus. Ils n’étaient pas agressif, non pas le moins du monde, juste un petit peu trop joueur. Je ne sais pas comment il a fait mais alors que j’étais à deux doigts de trébucher dans une mare, j’ai senti sa main puissante me maintenir dans le dos. Et j’ai fait la connaissance de Romain, mon Romain...

    Fatiguée, je rangeais soigneusement le journal dans la poche de ma veste. Les minutes s’écoulaient lentement. Et soudain, alors que j’avais la tête posée sur mes genoux, je remarquai une paire de bottine noire s’arrêter devant moi. Je relevai la tête.

    • Alice ? Mais qu’est-ce que tu fais ici, toute seule et à une heure pareil ?, s’exclama Caleb.

    Je me relevais en un temps record.

    • Salut Caleb. C’est ma soeur. Je suis venue la voir.

    • Oh. Oui, j’aurais du m’en douter.

    Tous deux gêné, je lui offris un petit sourire. Une cruche n’aurait pas fait mieux.

    • Hum. Ta soeur va bien ?

    • Heureusement oui, elle va vite se rétablir.

    • Elle a beaucoup de chance. Dis-lui de faire attention la prochaine fois.

    • Comment ça ?, dis-je en fronçant légèrement les sourcils.

    • Oh. Eh bien, fouiner un peu partout, répondit-il d’une voix calme en me fixant de ses yeux clairs, elle n’aurait pas du monter en haut du clocher voilà tout.  

    J’étais prête à rétorquer lorsqu’un homme en veston noir posa une main sur l’épaule de Caleb. Je perdis contenance en reconnaissant l’homme de l’ascenseur.

    • Alice, je te présente mon père, s’exclama le jeune homme un grand sourire au visage, papa, Alice, la nièce de Sam.

    L’homme leva ses yeux vers moi et ne fit paraitre aucune expression. Je ne savais même pas s’il m’avait reconnu.

    • Ravi de te rencontrer, Alice, dit-il en tendant sa main vers moi, que je serrais après quelques secondes d’hésitation, je me nomme Romain Delavidrière.

    A ce moment précis, je fis de mon possible pour ne pas m’évanouir tant mon coeur s’agitait dans ma poitrine. Romain, Romain, Romain...Ce nom résonnait en boucle dans mes oreilles. ça n’était qu’une coincidence. Il n’y avait pas qu’un seul Romain sur cette terre. Je me faisais des films. ça ne pouvait pas être LE Romain.

    • Nous sommes venus rendre visite à ma mère, m’expliqua Caleb, elle a fait une chute un jour, elle a dévalé deux étages dans un escalier. Elle est dans le coma depuis six mois…

    • C’est horrible. Je suis désolée, dis-je sincèrement.

    • N’embête pas cette jeune fille avec nos problèmes, dis Romain Delavidrière a son fils.

    • Il ne m’embête pas...Oh ! Voilà mon oncle, m’exclamais-je en apercevant la voiture de mon oncle se garer devant les portes automatiques de l'hôpital, A bientôt !

    Mais d’une poigne intense, Caleb me retient.

    • Il y a une petite fête organisé par l’un des gars du village, ça te dirait de venir ?

    • Oh. euh. Je ne connais personne.

    • Personne à part moi. Je te présenterais. Je passe te prendre à 19h.

    Je n’avais pas tellement le choix. Je lui souris, il avait gagné, lui et son sourire.

    • Je dois vraiment y aller.

    J’allais me mettre à courir pour rejoindre la voiture de Sam lorsque que je fus arrêter par la voix du père de Romain.

    • Vous avez fait tomber quelque chose, Alice.

    Je me retournais lentement, tâtant la poche de ma veste, de grosses gouttes de sueurs coulant le long de mon front me rendant compte de ce qu’il s’agissait. Dans mon dos, Romain Delavidrière tenait entre ses mains le journal de Maria. Il semblait hypnotisé par l’objet entre ses doigts, comme s’il avait vu un fantôme. Ou bien reconnut quelque chose...

    • Merci, soufflais-je sèchement en le lui arrachant des mains.

    Je me mis alors à courir pour mettre le plus de distance possible entre cet hôpital et moi. Dehors, l’air glacial s’écrasa contre mon visage et je courus jusqu’au pickup de Sam.

    • Comment ça c’est passé ?, me demanda Sam alors que j’accrochais ma ceinture.

    • Pas exactement comme prévu…, fut la seule chose que je réussis à lui répondre.


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, je tenais à vous écrire un article sur l'une de mes séries du moment. Mais avant tout j'espère que vous apprécierez cet article, car pour être honnête, je venais de le terminer (il était super long, j'ai travaillé 45 minutes dessus) et ma page Google s'est effacée. Donc, comment dire, je bouille un peu. 

    Mais ce n'est pas le sujet ! Me voilà donc pour vous présenter la série American Horror Story.

     

    Petite chose avant de commencer : chaque saison est absolument indépendante des autres saisons. Ce qui veut dire, en clair, que ce sont les mêmes acteurs qui jouent des personnages complètement différents, dans des lieux complètement différents, avec une histoire complètement différente.  Rien ne vous empêche de commencer par la saison 4 et de finir par la 1 ! 

    Sincèrement, j'ai moyennement aimé la première saison. En fait, j'ai eu du mal à comprendre l'ordre des évènements *fille au Q.I négatif* et ça ne m'a pas plu tant que ça. Mais, comme tout le monde en disait beaucoup de bien, j'ai voulu me faire mon propre avis, et j'ai persévéré ! J'ai bien fait. La saison 2 a été un gros coup de coeur. C'est celle-ci que je vous présente en détails aujourd'hui.

      

    histoire
    L'histoire se passe en 1964, dans le manoir de Briarcliff, qui a été reconverti en hôpital psychiatrique. Ici se côtoient patients fous à lier, docteurs maniaques et nonnes diaboliques.
       On va suivre Lana, qui est une journaliste prête à écrire un article sur les choses étranges qui se passent dans cet asile. Mais elle est prise au piège et contrainte de rester dedans, torturée comme tous les autres patients. Elle va découvrir la sombre histoire de l'hôpital...
     
    Pour une fois, j'ai décidé de ne pas tout vous spoiler haha ! Vous découvrirez les évènements par vous-même, si ça vous intéresse. Les personnages font vraiment tout le charme de la série, c'est ce qui apporte la touche de bizarrerie qui me plaît tant. Donc sans attendre, les voici-les voilà : 
     
    personnage
       Lana Winters est la journaliste prise au piège dans l'asile. C'est l'un de mes personnages adorés ; j'aime les personnages féminins qui ne se laissent pas faire, et Lana en est l'exemple-type. C'est une femme à la fois très forte et très fragile, qui doit vivre des choses horribles durant son séjour à Briarcliff. Elle possède un sang-froid incroyable, à sa place je serais carrément devenue folle là-dedans ; mais pourtant elle tient bon, et essaye de s'échapper par n'importe quel moyen.
     
     
     
    Le Dr Thredson, aussi appelé Bloody face.
       Alors lui... C'est le personnage qui m'a fait le plus peur, qui m'a à la fois fascinée et révulsée. C'est le plus grand psychopathe de tous les temps et il a une grande place dans la série, alors j'étais obligée de vous en parler. 
       Je ne saurais même pas vous le décrire moi-même. Il faut absolument que vous regardiez la série pour vous rendre compte de son machiavélisme, sa perversité. 
     
    Je voulais mettre un gif de lui, avec son masque de chair sur la tête, mais je me suis rendue compte que c'était vraiment effrayant, et je sais qu'il y a des plus jeunes qui lisent cet article. Donc j'ai préféré vous mettre la version "gentil psychopathe" haha. 
     
      
     
     
    Kit Walker est un patient de l'hôpital avec lequel Lana va devenir amie. Un "gentil", donc. Kit est soupçonné de meurtre, un peu maniaque sur les bords, mais on est o-bli-gé de l'adorer. Je veux dire... Evan Peters, les filles. *zwjkdezkvnekl crise de fangirl, excusez-moi.*
       C'est un personnage très intéressant (en plus d'être beau... comme quoi) ; il est complètement fou, mais parfois on doute de sa folie ; en fait, on ne sait pas vraiment s'il a été enfermé à Briarcliff par erreur ou s'il est bien coupable des meurtres atroces dont on l'accuse. Mais il possède beaucoup de qualités, c'est notamment un garçon courageux et très doux.
     
     
     
    Soeur Jude est la nonne qui dirige l'asile. C'est donc elle qui fait enfermer Lana (grr)
       Regardez le 1er épisode. Puis regardez le dernier. Je parie que vous n'allez même pas reconnaître qu'il s'agit du même personnage. Soeur Jude change complètement, il va se passer des choses atroces qui vont faire d'elle quelqu'un d'autre.
     
    Au début de la série, elle dirige Briarcliff d'une main de fer, n'hésitant pas à abuser des tortures pour "soigner" ses patients. C'est quelqu'un de diabolique, très désagréable, mais l'actrice est excellente.
     
      
     
     
    Evidemment, je n'ai pas présenté tous les personnages de la saison 2. Il y en a beaucoup d'autres, mais je pourrais mettre des heures entières à tous les décrire.  
    Voici ceux dont je n'ai pas parlé mais qui m'ont effrayée, fait rire ou bien émerveillée : 
     
    Résultat de recherche d'images pour
     
     
    avis
    J'ai eu un véritable coup de coeur pour cette saison 2.
     
    Accordons-nous bien : Oui, ça fait peur. Oui, c'est très glauque. Oui, c'est parfois étrange. Mais c'est ce qui fait le charme de American Horror Story. Vous ne trouverez aucune autre série avec cette ambiance-ci. 
     
    Je vous la conseille vraiment, surtout si vous aimez les films d'horreur sans hémoglobine, le suspense, les personnages mystérieux. Je pense que cette série est abordable à partir de 13 ans environ. C'est très spécial, parfois même violent, alors je comprends tout à fait ceux qui n'aiment pas : comme disait un ami, "AHS soit on adore, soit on déteste"
    J'espère que vous accrocherez, en tout cas il me tarde de regarder la saison 3. Et de faire des cauchemars toute la nuit.
     
    notation
     
      
     
    juju
     
     
       
     

    2 commentaires
  • Bonjour tout le monde, me revoici pour la troisième FAQ de la collab des Bookblogueurs. Chaque semaine, l'une des participantes doit poser cinq questions à toutes les autres. Je pense que vous avez compris le principe ^^

    faq

     

    Cette semaine, c'est Tess qui a posé les questions sur le thème "MES DEBUTS EN TANT QUE LIVRADDICT". Sans plus attendre, c'est parti ! 

    theme3
      
     
     
    1. Depuis quand aimes-tu lire ?
     
    Comme la majorité des blogueuses littéraires (quoi que...) j'aime lire depuis toute petite. Depuis que je sais lire, pour être plus précise. Pour ça, on peut vraiment me comparer à Matilda de Roald Dahl. La tête dans les bouquins depuis que je peux en tenir un... Une passion qui ne m'a pas quittée depuis.
     
     
    2. Quel livre t'a rendue addict à la lecture ?
     
    Bonne question, je ne peux pas répondre précisément. Ce n'est pas un livre en particulier qui a déclenché ma passion, mais bel et bien tous les livres géniaux que j'ai pu lire. Les uns à la suite des autres, ils m'ont rendu addict. C'est maintenant pour ça que mes étagères sont remplies !
     
      
     
     
    3. As-tu déjà lu un livre qui t'a fait aimer les livres et la lecture ?
     
    C'est un peu la même réponse que la question précédente. Chaque lecture me conforte dans l'idée que oui, décidément, j'aime lire, malgré ce que tout le monde peut en penser. Je citerai quand même Matilda (comme tout à l'heure) et La voleuse de livres, de Markus Zusak, car ce sont des livres qui parlent de livres, de la valeur qu'ils ont.
     
     
    4. Cite un livre tellement addictif qu'il t'a tenue éveillée une bonne partie de la nuit ?
     
    Harry Potteeeeer, les amis. Je sais que j'en parle tout le temps, mais décidément ma passion pour ce livre *et ces films* ne s'arrêtera pas de sitôt. Non sincèrement Harry Potter est pour moi le livre le plus addictif du monde, j'ai beau les avoir lus je-ne-sais combien de fois, je les relirai encore et encore rien que pour le plaisir. 
     
      
     
    5. Es-tu inscrite sur des réseaux sociaux livresque (livraddict, babelio, etc) qui entretiennent ton addiction à la lecture ? Lesquels ?
     
    Alors oui, je suis inscrite sur certains réseaux sociaux tels que ceux-ci, mais très honnêtement je n'y vais pas beaucoup. J'ai un compte Booknode, un compte Livraddict, et je viens juste de découvrir l'appli Goodreads qui est génialeeee (mais elle est en anglais). Sinon voilà, j'ai aussi un compte instagram qui me sert pour le blog. Je crois que c'est tout.
     
     Résultat de recherche d'images pour "goodread" 
     
    Voilà, c'est déjà terminé, j'espère que mes réponses vous plairont. Encore une fois, je n'ai pas été très originale ^^ 
     
    Pour contacter la collab, c'est ici : maboitealivres.juju@free.fr et mpeblogcontact@gmail.com 
     
    Mon compte Insta : 
     
    juju

    14 commentaires
  • Bonjour tout le monde, on se retrouve aujourd'hui pour la deuxième Foire aux Questions organisée par notre Collab de Bookblogueurs

    Comme je vous l'avais expliqué, chaque semaine l'une d'entre nous doit poser 5 questions aux autres sur un thème choisi à l'avance. La semaine dernière, c'est moi qui ai posé des questions sur "l'histoire du blog"

    faq
    Cette semaine, c'est au tour d'Alice du blog Plume de Chat. Elle a répertorié 5 questions sur le thème "les livres de mon enfance". C'est parti !
     
    theme2
    1. Quel livre lisais-tu encore et encore sans jamais te lasser ? 
     
    Les BD "Tom-Tom et Nana". Je crois que j'ai dû lire chaque tome une bonne demi-dizaine de fois. Et il y en a, des tomes...
      
     
     
    2. Quel est le livre dont tu préférais les illustrations, et pourquoi ?
     
    Les histoires d'Agathabaga, que ma mère aimait me lire pour Halloween, souvent. Je passais des heures à regarder les petits détails sur chacune des images, je les trouvais (et les trouve encore) magnifiquement bien réalisées.
     
      
     
     
    3. Quel livre te renvoie un souvenir d'enfance ?
     
    Le club des cinq ! Parce qu'après cette lecture, j'étais obnubilée par l'idée de fonder un club secret avec mes amis. Ce que j'ai fait (et de nombreuses fois) : club d'enquête, club d'espionnage (je rédigeais des petits compte-rendus secrets lorsque j'espionnais ma maman dans la cuisine, par exemple)... 
    Mais aussi la saga "Jennifer vétérinaire" qui m'a donné envie de sauver des animaux... Je récupérais les coccinelles en détresse, je jouais avec des peluches-chiens, et je tenais un "cahier animaux" où je collais des photos découpées dans des magazines... Oui oui, mon imagination s'emballait plutôt vite. *fille-étrange*
     
    Résultat de recherche d'images pour   Résultat de recherche d'images pour
     
     
    4. Quel est le livre dont tu préférais l'histoire ?
     
    Vous allez me dire "ce n'est pas un livre pour enfants !" et je vais vous retorquer que c'est un livre universel, qui peut aussi bien se lire à 9 ans (c'est marqué sur la quatrième de couverture haha, vous voyez), qu'à 80 ans (il est temps que je convertisse mes grands-parents). J'ai commencé à lire ce livre en CM2 si mes souvenirs sont bons, et je le relis encore et encore aujourd'hui. L'histoire est tellement merveilleuse qu'elle m'a marquée à vie. [petit moment Potterhead]
    Je veux bien sûr parler de... Harry Potter
     
      
     
     
    5. Quel est le livre qui t'effrayait le plus ?
     
    La saga Chair de Poule, de R.L Stine, me fascinait et me terrorisait à la fois. Je trouve vraiment que c'est le meilleur livre d'horreur pour enfants. 
      
     
     
    Voilà, c'est terminé pour ce thème. J'espère que mes réponses - assez courtes - vous ont plus, et peut-être que vous avez vous-même déjà lu ces livres. Dites-le moi en commentaire ! Je n'ai pas choisi des bouquins que je lisais (ou plutôt que ma mère me lisait) lorsque j'étais vraiment, vraiment toute petite, tout simplement parce que je ne me rappelle pas vraiment d'eux. Ils sont dans mon grenier, mais vous connaissez le truc : la masse de livres entassés m'a empêchée de les retrouver :(
     
    Pour contacter la collab, c'est ici : maboitealivres.juju@free.fr et mpeblogcontact@gmail.com
     
    Pour me retrouver sur Instagram (c'est nouveauuu) 
    Résultat de recherche d'images pour "instagram logo"
     
     
    juju

    8 commentaires
  • vivants
     
    Titre : Tant que nous sommes vivants
     
    Auteur(e) : Anne-Laure Bondoux
     
    Edition : Gallimard jeunesse (pourquoi "jeunesse" ? Je ne comprends pas)
     
    Nombre de pages : 297
     
    Date de parution : 2014
     
    Résumé : Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrirère de jour, lui forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient : l'usine explose, et les deux amoureux doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un périple à travers des territoires inconnus. Mais quand l'ombre a pris la place de la lumière, l'amour suffit-il à nous garder vivants ?
     
    aime
       J'ai découvert ce livre par la booktubeuse Emilie qui l'a absolument encensé. Donc forcément, je ne pouvais pas passer à côté. Logique. 
     
       J'ai énormément apprécié ce livre, je l'ai trouvé à la fois poétique et touchant. C'est très rare que j'aime les livres où l'action n'est pas présente, donc mon avis sur CE bouquin m'a surprise au fur et à mesure que je tournais les pages, pour mon plus grand plaisir.
       Oui car Anne-Laure Bondoux réussit à nous faire ressentir des choses, et en l'occurence de merveilleuses choses, avec son écriture ciselée et délicate. 
       SPOILER : Après l'accident irréparable qui survient à l'usine, Hama perd l'usage de ses mains. Et, se faire arracher ses mains, a le même effet sur elle que si on lui avait arraché son coeur. Oui, ça fait mal. Et comme on peut s'y attendre, Hama est complètement détruite. Sa relation avec Bo change, sa vie change, en fait elle devient une autre personne. Ca m'a bouleversée. Il y a comme une dimension philosophique dans son livre, ça ne m'a pas laissée indemne. J'aime les belles phrases, les personnages profonds et mystérieux, et j'ai été largement servie ici.
       Puis l'on a aussi le personnage de Bo, le forgeron au caractère rude, qui devient doux uniquement lorsque l'on prononce le prénom de sa belle. C'est un personnage très très mystérieux, que je n'ai pas réussi à cerner au bout des 300 pages du bouquin *problème*. On arrive à conceptualiser les démons de Bo, mais il n'en parle pas, il passe ton temps à se tuer à la tâche et à fabriquer des... trucs, donc on ne sait pas vraiment ce qui s'est passé dans sa vie pour le rendre aussi peu sensible. Mais j'ai aimé Bo, comme j'ai aimé Hama, et la fin m'a littéralement brisé le coeur.
      
     
       J'ai aussi énormément apprécié le personnage de Tsell, qui n'apparait qu'au milieu du roman. En fait c'est elle la véritable héroïne de l'histoire, mais ça on ne le sait qu'à la fin. Oups, SPOILER encore. Bon, j'arrête de vous gâcher la fin de ce livre, sinon vous n'irez pas le lire, et ce n'est vraiment pas le but n'est-ce pas ?
       Pour résumer je dirais que ce roman dégage une ambiance spéciale, une espèce de douce mélancolie tout à fait charmante. J'ai réussi à plonger dans le monde à part de l'auteure, et j'en suis sortie avec les larmes aux yeux. Objectif atteint.
     
    pasaime
       Soyons pointilleux, je vais essayer de trouver quelques défauts à ce livre. Ca va être dur, très dur.
       Ah oui, je sais : le changement de narrateur dans la deuxième partie (si je ne me trompe pas) m'a un peu perturbée. Je veux dire, on comprend que c'est Tsell qui raconte, mais elle n'est pas censée être née. Donc ça m'a fait un peu bizarre, mais on va dire qu'il s'agit du style de l'auteure !
       J'avoue, la deuxième partie, celle avec les créatures couleur endive cuite *j'ai oublié leur nom* m'a un peu ennuyée. Juste un peu, dans la mesure où les relations entre les personnages semblaient en stand-by. Heureusement, la suite m'a beaucoup plu et l'histoire est devenue plus dynamique !
       Et dernière chose, j'ai trouvé la relation amoureuse entre Tsell et Vigg très très étrange. Et beaucoup trop rapide ! Ils n'ont que douze, treize ans, et ils tombent follement amoureux au premier regard. Surtout que juste après (SPOILER, vraiment désolée) ils décident de s'enfuir ensemble sur les traces du passé de Bo et Hama. S'enfuir entre amoureux à l'âge de douze ans ? Hmm.
         
     
    bref
    Pour résumer, je vous conseille vivement cette histoire touchante qui m'a émue aux larmes. L'auteure a su instaurer une douce mélancolie qui ne vous laissera pas indemne, malgré quelques passages qui m'ont légèrement ennuyée.
    notation23
     
     
     
    Tu crois qu'il faut toujours perdre une part de soi pour que la vie continue ?
     
    J'étais l'enfant de l'amour et de la haine, l'enfant maudite du forgeron et de la femme sans mains, mais aussi l'enfant perdue dont la communauté avait attendu le retour. J'étais une part vivante de sa mémoire.
     
    juju
     
     
     
     
     
     
     

    6 commentaires